AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Communiqué du conseil national de l'ordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miliki
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 32
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Communiqué du conseil national de l'ordre   Lun 13 Fév à 1:32

Communiqué du conseil national de l'ordre des sages-femmes

Source : http://www.ordre-sages-femmes.fr/actualites/communiques06/commu06-03.htm

Citation :
Commission de la naissance du 5 janvier 2006

La Direction Générale de la Santé confirme que le numerus clausus ne sera pas augmenté par manque de terrains de stages. L’argument paraît difficilement crédible puisque la France accueille largement des étudiants belges sur son territoire et que ce prétexte n’est pas invoqué pour la formation des médecins dont le numerus clausus explose beaucoup plus fortement que celui des sages-femmes. La sagesse voudrait que pour compenser les déficits démographiques existants un effort particulier soit porté sur la formation des sages-femmes qui, en cinq ans, rend opérationnels des professionnels de qualité pour les suivis des grossesses et accouchements normaux (80 %).Le Conseil national de l'Ordre des sages-femmes confirme un déficit en milieu hospitalier de 3 000 sages-femmes à ce jour (le premier entretien ne parvient pas à se mettre en place).

Le rapport Bréart demandait 1500 sages-femmes de plus alors qu’il en manquait déjà 1500. L’augmentation s’est en définitive soldée par… 490 en plus. Pour le moment, 157 ont été retrouvées sur le terrain.

De surcroît, il n’est pas tenu compte du « temps sage-femme » qui, depuis la loi de santé publique augmentant les compétences, est dorénavant majoré de 20 %, creusant ainsi un peu plus le déficit démographique ; s’ajoute le début de départ en retraite des sages-femmes issues du baby-boom.

Il manquera entre 6 000 et 8 000 sages-femmes dans le secteur libéral pour assurer les suivis à domicile pour des durées d’hospitalisation qui seront inéluctablement de plus en plus courtes.
Ceci ramènerait les effectifs sages-femmes à 21 000/23 000 équivalents temps plein nous situant encore loin du Royaume Uni : 34 000 sages-femmes pour 100 000 naissances de moins qu’en France.
Le gel actuel du numerus clausus ne permettra pas de rattraper notre retard avant les années 2030.

Formation des sages-femmes - Etat des lieux -

Conclusions du Conseil national de l’Ordre des sages-femmes lors
de la Commission Nationale de la Naissance du 5/01/06

• Age moyen des sages-femmes diplômées jusqu’en 2003 :
> France : 25 ans et 8 mois (taux d’attrition de I5 à I8 %)
> Pays de l’UE : 25 ans et 3 Mois (taux d’attrition inconnu)

• Age moyen des sages-femmes diplômées en 2005
> France : 24 ans et 6 mois
> Pays de l’UE 24 ans et 9 mois


• Du fait du passage par le PCEM1, l’âge moyen des nouvelles diplômées a été abaissé de I4 mois, et le taux d’attrition a été ramené à 3%, ceci apportant la preuve du bénéfice de cette mesure qui fut principalement initiée par la seule volonté des sages-femmes, et grâce à la mise en œuvre du Ministre de la santé de l’époque, M. Bernard KOUCHNER, en vue de leur intégration à l’université.

• 47 % des sages-femmes formées dans une région s’installent pour débuter leur exercice professionnel dans une autre région. Nous avons donc les plus grandes inquiétudes en ce qui concerne le respect du numerus clausus défini par l’Etat. Pour 2006, les chiffres qui auraient dû être communiqués lors de la réunion du conseil de perfectionnement du I9/10/05 n’ont pas été précisés. Aux questions posées sur ce sujet, seules des réponses évasives nous ont été données. La plus grande pénurie de sages-femmes se situe dans le bassin de l’Ile-de-France, et ce n’est pas un hasard si c’est dans ce secteur que les résultats de périnatalité sont en recul plus sensible.
• Il ne nous paraît pas raisonnable de bâtir un projet de réforme des études de sages-femmes qui ne prenne pas en compte :

1/ L’évaluation du programme actuel promise dès sa mise en place en 200I, engagement d’ailleurs repris en 2003 puis 2004, est jugée dorénavant inutile.

2/ Bâtir un nouveau cursus paraît pour le moins risqué s’il s’appuie sur les accords européens de I982 (24 ans déjà) pour arriver à une finalité de la mise en place définitive de la réforme entre les années 20I5/2020 d’un nouveau cursus qui aurait déjà accumulé près de 40 ans de retard sans notion des nouvelles données acquises de la science qui pourraient intervenir entre-temps.

3/ Il est aussi tout à fait clair que si la réforme, telle qu’elle nous est actuellement proposée devait être mise en place, cela aboutirait à une baisse importante de la qualité des soins qui serait offerte aux femmes.

La mission première de l’Ordre est de garantir la qualité des soins dus à la population
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devenirsage-femme.kanak.fr
Dr. Carter
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 223
Date d'inscription : 04/02/2006

MessageSujet: Re: Communiqué du conseil national de l'ordre   Mer 15 Fév à 2:27

Comme ça c'est plus simple la miss Wink
http://www.ordre-sages-femmes.fr/actus.htm
Bonne nuit Sleep

_________________
La sagesse commence dans l'émerveillement. Socrate
Mari transve mare hominibus semper prodesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Communiqué du conseil national de l'ordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Conseil National du Numérique
» Conseil National des barreaux
» Nominations au CNEE (Conseil National Education Economie) : la goutte d'eau ?
» http://www.conseil-national.medecin.fr/
» Rapport du Conseil national du Numérique sur "le numérique à l'école"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum Général :: Annonces-
Sauter vers: